Alphabet sorcier

Il existe plusieurs alphabets passant pour « sorciers », généralement à caractère cryptographique.

Sommaire

L’alphabet thébain

Réputé pour être « l’alphabet des sorciers », l’alphabet thébain serait attribué à Honorius de Thèbes. On l’appelle également « les Runes d’Honorius ».

On le retrouve dans les écrits de Henri-Corneille Agrippa de Nettesheim (XVème-XVIème siècles).

Certains auteurs le préconisent pour la consécration des outils.

Généralement les accents français du type « é » ou « à » ne sont pas notés. Certaines personnes cependant gardent les trémas (« ë », « ï »…) notamment pour les prénoms.[1]

 

L’alphabet Runique

D’origine Nordique, les runes sont utilisées pour la cryptographie mais aussi pour la divination. Chaque rune a un nom et une signification particulière.

Se référer à Futhark.

 

Les chiffres d’Agrippa

Ils sont utilisés pour les talismans et sceaux mais aussi pour crypter les chiffres et nombres.[2]

 

Liens externes

  • Police d’écriture theban [1]
  • Police d’écriture runique [2]

Sources

  1. www.Paganguild.org
  2. www.Paganguild.org