Le Grand Prêtre du Coven de New York Règne maintenant

De Wiccapedia
Aller à : Navigation, rechercher

Le Grand Prêtre du Coven de New York Règne maintenant

The Day du 24 octobre 1972

Traduction Tof


Brentwood, New York - Pour Raymond Buckland, Hallowe'en signifie bien plus qu’un bonbon ou un sort. C’est parce qu’il est grand prêtre d’un coven local de sorcières.

A chaque Halloween, le Dr Buckland (il a un doctorat en anthropologie) met son casque cornu et se prépare à conduire les rituels secrets d’esbath dans une cave de banlieue pendant les six prochains mois. Sa femme, Rosemary, avec sa couronne ornée de croissants d’argent, règne comme grande prêtresse de juin à octobre. Leur mariage est une responsabilité partagée.

Ce changement saisonnier en matière de gouvernance rituelle remonte à l’âge de pierre selon l’anthropologue, né à Londres, qui est aussi conférencier et propriétaire du Musée de la Sorcellerie à Bay Shore.

Comme il l’explique, le grand-prêtre représente le dieu de la chasse qui règne lors des mois stériles lorsque les hommes devaient trouver du gibier et du poisson pour survivre. La grande prêtresse, qui symbolise la déesse de la fertilité, règne lorsque les cultures s'épanouissent.


Plus Important

« En fait, la position des femmes en sorcellerie était légèrement plus importante que celle des hommes depuis la nuit des temps » a dit Buckland qui ressemble plus à un professeur d’Oxford qu’à une sorcière Gardnerienne, mais sa barbiche noire et sa boucle d'oreille en or à l’oreille compensent cela.

Les Buckland, ont tous deux dans les 35 ans et ont deux fils adolescents, leur nom de sorcière est « Robat » et « Lady Rowen ». Ils ont été initiés en Sorcellerie il y a 10 ans, sont passés par les trois degrés et, deux ans après leur initiation, ils ont atteint les plus hautes fonctions.

« Sur la papier nous étions épiscopaliens. Mais, franchement, aucun de nous n’en a tiré grand-chose, » a confié Buckland. « Trop froid ».

Buckland a dit qu’il trouvait la sorcellerie « plus facile à vivre, il n’y a pas les dix commandements, pas de catéchisme et l’individu a pratiquement la possibilité de faire ce que bon lui semble tant qu’il ne nuit à personne. »

Cependant les pratiques épiscopales semblent bien plus dans le ton du quartier de Brentwood où vivent les Buckland.

« Quand ils (les voisins) ont découvert que nous étions des sorcières, les téléphones n’ont pas arrêté de sonner et les conversations furent animées. » se souvient-il.

Certaines de ces conversations furent sans doute centrées sur la coutume du coven de pratiquer nu ou « vêtu de ciel », comme ils disent. Les sorcières gardneriennes - les disciples de feu le Dr Gerald Gardner, un anthropologue britannique - estiment que les vêtements les gênent lorsqu’ils « génèrent le pouvoir » explique Buckland.

En tout cas, dit-il, « finalement, les voisins tolèrent maintenant sa religion à mystère, comme n’importe quelle autre religion. » Les 16 membres du coven sont « femmes au foyer, employés de bureau, enseignants, chauffeurs de camions ou occupent d’autres professions encore » et leur âge varie entre 14 et 60 ans. Ils ont dû fuir le sous-sol des Buckland pour un autre lieu de rencontre tenu secret. Il y a trop de curieux. Mme Buckland, secrétaire dans une société d’assurances, s’implique dans une association de parents d’élèves comme beaucoup d’autres mères vivant en banlieue. Buckland, qui travaillait avant pour une compagnie aérienne britannique, travaille maintenant à temps plein dans le business de la sorcellerie. Lorsqu’il ne recherche pas des t[Talisman|talismans]] occultes pour son musée (situé dans un bâtiment blanc victorien qui pourrait tout à fait être hanté), Il assure des cours sur l’occulte (en novembre il sera à l’Université d’Etat à Stony Brook.)


Pas de magie noire

Le Dr Buckland affirme qu’il n’y a ni orgie sexuelle ni drogue, ni culte du démon dans la pratique sérieuse de la sorcellerie. « Nous ne croyons même pas en Satan et nous l’adorons encore moins » a-t-il déclaré. Le grand prêtre insiste, toutes les sorcières ne pratiquent pas la magie noire. Les véritable sorcières ne font rien de tel, affirme-t-il, car elles croient que leurs actes seront récompensés ou punis dans cette vie mais au triple. « Il n’y a donc évidemment là, aucune incitation pour une sorcière à pratiquer la magie noire » dit-il « parce qu’elle recevrait le triple du mal qu’elle a fait. »

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Outils