Blancheneige et Rougerose

De Wiccapedia
Aller à : Navigation, rechercher

Introduction

Blanche-Neige et Rose-Rouge (en allemand : Schneeweißchen und Rosenrot) est un conte de fées allemand. Sa version la plus connue fait partie des contes de Grimm, où elle porte le numéro 1611.

Une ancienne version, un peu plus courte, nommée « Le nain ingrat », a été écrite par Caroline Stahl et semble être la plus ancienne variante du récit2. On n'en connaît aucune précédente version orale, bien que plusieurs aient été recueillies depuis sa publication. Les variantes orales de ce conte sont très limitées dans sa région d'origine 3.

Il ne doit pas être confondu avec le conte des frères Grimm Blanche-Neige (où le nom de l'héroïne s'écrit Schneewittchen en allemand), et qui est à l'origine du célèbre film de Walt Disney, Blanche-Neige et les Sept Nains. Le personnage est complètement différent et n'a rien en commun avec l'autre, si ce n'est de partager son nom. (Source Wikipédia)

Résumé du conte : « Une pauvre veuve vivait dans une chaumière isolée dans le jardin qui était devant la porto, il y avait deux rosiers, dont l’un portait des roses blanches et l’autre des roses rouges. La veuve avait deux filles qui ressemblaient aux deux rosiers l’une se nommait Blancheneige et l’autre Rougerose. C’étaient les deux enfants les plus pieux, les plus obéissants et les plus laborieux que le monde eut jamais vus. »

== Version contée ==

Conte audio (Source : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/grimm-freres-blancheneige-et-roserouge.html)


Version texte

Une pauvre veuve vivait seule dans sa petite maison. Devant la maison, il y avait un petit jardin, et dans le jardin, poussaient deux petits rosiers. L'un portait des roses blanches, l'autre des roses rouges. La veuve avait deux filles qui ressemblaient aux deux rosiers. Une se nommait Blanche-Neige, l'autre Rouge-Rose. Elles étaient si pieuses et si bonnes, si travailleuses et si patientes que jamais on n'avait vu pareils enfants au monde. Blanche-Neige était encore plus silencieuse et plus douce que Rouge-Rose. Rouge-Rose aimait à courir par les prés et les champs, cueillait des fleurs et attrapait des papillons. Blanche-Neige restait à la maison auprès de sa mère, l'aidait au ménage ou lui faisait la lecture quand aucun travail ne se présentait. Les deux enfants s'aimaient tant qu'elles se tenaient toujours la main lorsqu'elles sortaient ensemble. Et quand Blanche-Neige disait : " Nous ne nous séparerons jamais ", Rouge-Rose répondait : " Jamais, tant que nous vivrons. " Et leur mère ajoutait : " Ce que l'une de vous possède, elle doit le partager avec l'autre. " Elles allaient souvent seules dans les bois pour cueillir des baies sauvages. Nul animal ne leur faisait de mal. Le lièvre venait manger des feuilles de chou dans leur main, le chevreuil broutait à leurs côtés, le cerf bondissait joyeusement à leur rencontre, les oiseaux ne quittaient pas leurs branches et chantaient à pleine voix. Quand les deux enfants s'attardaient dans la forêt et que la nuit les surprenait, elles se couchaient l'une près de l'autre sur la mousse et dormaient là jusqu'au matin. Leur mère le savait et ne se faisait aucun souci pour elles. Un jour qu'elles avaient ainsi passé la nuit dans le bois, elles aperçurent dès l'aurore un bel enfant vêtu de blanc. Il était assis auprès d'elles. Quand elles furent complètement éveillées, il se leva et les regarda avec amitié. Mais il ne dit rien. Au bout de peu de temps, il s'en alla et s'enfonça dans la forêt. Quand les fillettes regardèrent autour d'elles, elles virent qu'elles avaient dormi au bord d'un précipice au fond duquel elles seraient sûrement tombées si elles avaient fait un pas de plus dans l'obscurité. Leur mère leur dit que l'enfant blanc devait être l'ange qui veille sur les fillettes sages. Blanche-Neige et Rouge-Rose tenaient le ménage de leur mère avec tant de soin que c'était un plaisir de le voir. En été, Rouge-Rose s'occupait de la maison, et chaque matin, avant que sa mère ne s'éveillât, elle disposait devant son lit un bouquet de fleurs avec, toujours, une rose de chacun des rosiers. En hiver, Blanche-Neige allumait le feu et installait la marmite dans le foyer. La marmite était en cuivre et brillait comme de l'or tant elle était bien astiquée. Le soir, quand tombaient les flocons de neige, la mère disait : Va pousser le verrou, Rose-Neige. Et alors elles s'asseyaient toutes les trois au coin du feu. La mère prenait ses lunettes et lisait un gros livre. Les deux fillettes écoutaient de toutes leurs oreilles. À côté d'elles, un petit agneau était couché sur le sol et, derrière, sur une barre de bois, une colombe était perchée, la tête cachée sous son aile. Un soir qu'elles étaient ainsi familièrement réunies, on frappa à la porte comme si quelqu'un demandait à entrer. La mère dit : - Vite, Rouge-Rose, ouvre ! Ce doit être un voyageur qui cherche un gîte. Rouge-Rose se dirigea vers la porte, tira le loquet, pensant qu'il s'agissait de quelque malheureux. Mais ce fut un ours qui par l'huis passa sa tête noire. Rouge-Rose poussa un cri et bondit en arrière. L'agneau se mit à bêler, la colombe battit des ailes, Blanche-Neige se cacha derrière le lit de sa mère. Mais l'ours dit : - Ne craignez point ; je ne vous ferai pas de mal. Je suis à moitié gelé et je voudrais seulement me réchauffer auprès de vous. - Pauvre ours, dit la mère, allonge-toi près du feu ! Prends garde de ne pas brûler ta fourrure. Et elle cria : - Blanche-Neige et Rose-Rouge, venez ! L'ours ne vous fera pas de mal ; il n'a pas de mauvaise intentions. Elles s'approchèrent toutes deux et, peu à peu, leur crainte passée, l'agneau et la colombe vinrent également auprès de lui. L'ours dit : - Époussetez voir un peu la neige qui recouvre ma fourrure, les enfants ! Les fillettes cherchèrent un balai et nettoyèrent son pelage. Lui, il se coucha près du feu et grogna de contentement tant il se sentait à l'aise. Bientôt, tout le monde fut en confiance et l'on s'amusa gentiment de la lourdeur de l'ours. On caressa sa fourrure, on mit les pieds sur son dos et les petites filles le firent rouler de-ci, de-là. L'ours se laissait faire. Mais comme elles y allaient un peu fort, il dit : - Ne me tuez pas, les enfants Et il ajouta :

- Blanche-Neige et Rouge-Rose leur prétendant à la mort exposent.

Quand fut venu le moment de dormir, et que les enfants s'en furent allées au lit, la mère dit à l'ours: - Pour l'amour de Dieu, reste ici auprès du feu. Tu y seras à l'abri du froid et du mauvais temps. Dès la pointe du jour, les enfants le firent sortir de la maison et il partit dans la neige vers la forêt. De ce moment-là, il revint tous les soirs à heure fixe. Il se couchait près du feu et permettait aux enfants de s'amuser avec lui autant qu'elles le voulaient. Elles s'étaient si bien habituées à lui qu'on ne mettait pas le verrou tant qu'il n'était pas arrivé. Quand le printemps fut revenu et que la nature reverdit, l'ours dit un beau matin à Blanche-Neige : - Maintenant, il va falloir que je parte. Et je ne reviendrai plus de tout l'été. - Où veux-tu donc aller, cher ours ? demanda Blanche-Neige. - Il faut que j'aille dans la forêt pour protéger mes trésors contre les méchants nains. En hiver, quand le sol est gelé, ils restent sous terre et ne peuvent sortir de leurs demeures. Mais maintenant que le soleil a fait fondre la glace et réchauffé la terre, ils réapparaissent, furètent partout et pillent. Et ce qui est passé par leurs mains et qu'ils ont apporté dans leurs cavernes ne revoit pas facilement la lumière du jour ! L'annonce de ce départ avait rendu Blanche-Neige fort triste. Quand elle eut ouvert et que l'ours se glissa par la porte, il s'accrocha au verrou et un morceau de sa fourrure se déchira. Blanche-Neige eut l'impression d'avoir vu briller de l'or. Mais elle n'en était pas sûre. L'ours, lui, était déjà loin et bientôt il disparut derrière les arbres. Quelque temps après, leur mère envoya les deux enfants à la forêt pour y ramasser du petit bois. Quand elles y furent arrivées, elles virent un grand arbre abattu et quelque chose bondissait dans l'herbe, le long du tronc. En approchant, elles aperçurent un nain au visage vieux et ridé, avec une barbe longue d'une aune, blanche comme neige. La pointe de la barbe était coincée dans une fente de l'arbre et le petit bout d'homme courait de-ci, de-là, comme un chien en laisse, sans savoir comment il pourrait se tirer d'affaire. Il regarda les fillettes de ses yeux rouges et luisants et cria : - Pourquoi restez-vous plantées là ? Qu'attendez-vous pour m'aider ? - Que t'est-il arrivé, petit homme ? demanda Rouge-Rose. - Petite oie stupide et curieuse, répondit le nain. Je voulais fendre l'arbre pour avoir du petit bois pour la cuisine. Avec des morceaux trop gros, le peu qu'il nous faut pour manger, à nous qui ne sommes pas si gloutons que vous, peuple grossier et vorace, brûle tout de suite. J'avais déjà réussi à enfoncer le coin et tout allait bien quand il glissa brusquement et jaillit en l'air. L'arbre se referma si vite que je n'ai pas pu en retirer ma belle barbe blanche. Maintenant, elle est coincée et je ne peux plus m'en aller. Et vous, vous riez, faces de carême ! Pouah ! Que vous êtes laides ! Les enfants se donnèrent beaucoup de mal, mais ne parvinrent pas à dégager la barbe du nain. Elle tenait trop bien. - Je vais aller chercher de l'aide, dit Rouge-Rose. - Stupide tête de mule ! gronda le nain. Chercher de l'aide ? C'en est déjà trop de vous deux. Trouvez une meilleure idée ! - Ne t'impatiente pas, dit Blanche-Neige. Je vais t'aider. Elle prit ses petits ciseaux dans sa poche et coupa le bout de la barbe. Aussitôt que le nain fut libéré, il saisit un sac plein d'or caché entre les racines de l'arbre, le mit sur son dos et marmonna dans sa barbe : - Quels grossiers personnages ! Couper un morceau de ma belle barbe ! Sur quoi il s'en alla, sans même jeter un dernier regard aux enfants. À quelque temps de là, Blanche-Neige et Rouge-Rose décidèrent d'aller à la pêche. Quand elles arrivèrent sur les bords du ruisseau, elles aperçurent quelque chose qui ressemblait à une grosse sauterelle, qui sautillait au bord de l'eau comme si elle voulait y bondir. Les enfants s'approchèrent et reconnurent le nain. - Que fais-tu ? demanda Rouge-Rose. Tu ne vas quand même pas sauter dans l'eau ! - Je ne suis pas fou à ce point, répondit le nain. Ne voyez-vous donc pas que c'est le poisson que j'étais en train de prendre qui essaye de m'y faire tomber ? Le petit homme s'était, en effet, installé là pour pêcher et, par malheur, le vent avait emmêlé sa barbe dans sa ligne. Au même moment, un gros poisson avait mordu à l'hameçon et la faible créature ne parvenait pas à le tirer de l'eau. À ce jeu, le poisson était le plus fort et il allait réussir à entraîner le nain dans l'eau. Celui-ci avait beau s'accrocher aux brins d'herbe et aux joncs, cela ne lui servait à rien. Il lui fallait suivre les mouvements du poisson et il se trouvait en constant danger d'être tiré dans le ruisseau. Les fillettes arrivèrent à point. Elles le retinrent et essayèrent de dégager la barbe de la ligne. En vain ; barbe et ligne étaient emmêlées inextricablement l'une dans l'autre. Il ne restait rien d'autre à faire que de prendre des ciseaux et de couper la barbe dont un nouveau morceau fut ainsi sacrifié. Quand le nain s'en aperçut, il s'écria : - Sont-ce là des manières, stupides filles ! Non contentes d'avoir coupé la pointe de ma barbe, vous m'en taillez maintenant les trois quarts ! Je n'oserai plus paraître devant les miens. Puissiez-vous aller nu-pieds ! Il ramassa un sac de perles caché dans les roseaux et, sans ajouter un mot, disparut derrière une pierre. Il advint que peu de temps plus tard, leur mère envoya les deux fillettes à la ville pour y acheter du fil, des aiguilles et du ruban. Pour y aller, elles devaient traverser une lande parsemée d'énormes rochers. Elles virent un gros oiseau qui planait au-dessus d'elles lentement, mais de plus en plus bas et qui, finalement, se posa près d'un roc. Tout de suite après, elles entendirent un cri perçant et pitoyable. Elles coururent par là et virent avec effroi que c'était un aigle qui tenait leur vieille connaissance, le nain, entre ses serres. Il allait l'enlever dans les airs. Pleines de compassion, les fillettes se cramponnèrent au petit homme et tirèrent tant et si bien que l'aigle abandonna sa proie. Quand le nain fut revenu de sa peur, il dit de sa voie grinçante : - Vous ne pouviez donc pas faire ça plus proprement ! Vous avez tant tiré sur ma pauvre veste qu'elle en est déchirée de partout et pleine de trous, maladroites, lourdaudes que vous êtes ! Il ramassa un sac de diamants et se glissa dans sa caverne sous les rochers. Les fillettes étaient habituées à son ingratitude. Elles poursuivirent leur route et firent leurs achats à la ville. Sur le chemin du retour, elles surprirent le nain en train de secouer son sac de diamants au-dessus d'un endroit de la lande qu'il avait nettoyé, n'imaginant pas que quelqu'un viendrait à passer par là si tard. Le soleil couchant éclairait les pierreries qui jetaient tant de feu multicolores que les fillettes s'arrêtèrent pour les admirer. - Qu'avez-vous à rester là, la bouche en coeur ! s'écria le nain dont le visage d'ordinaire gris cendre était devenu tout rouge de colère. Il allait poursuivre ses diatribes quand un sourd grondement se fit entendre et un ours noir sortit du bois. Effrayé, le nain essaya de regagner son trou. Trop tard ! L'ours était déjà sur lui. Dans sa peur, le nain s'écria : - Épargnez-moi, Seigneur Ours ! Je vous donnerai tous mes trésors. Regardez les beaux diamants, là, par terre ! Faites-moi grâce ! Que gagnerez-vous à manger mon corps fluet ? Vous ne me sentirez même pas passer entre les dents. Prenez plutôt ces deux mécréantes ! Voilà pour vous un mets délicat ! Elles sont grasses comme des cailles. Mangez-les, par le diable ! L'ours ne s'occupa pas de ce qu'il disait. Il donna à la méchante créature un seul coup de patte et celle-ci ne bougea plus. Les fillettes s'étaient enfuies. Mais l'ours leur cria : - Blanche-Neige et Rouge-Rose, n'ayez pas peur, attendez, je vais partir avec vous ! Elles reconnurent sa voix et s'arrêtèrent. Et quand l'ours les eut rejointes, sa fourrure tomba soudain et elles virent un beau jeune homme tout d'or vêtu. - Je suis fils du Roi, dit-il, et le nain, après m'avoir volé mes trésors, m'avait jeté un sort me transformant en ours sauvage condamné à errer par les bois, jusqu'à ce que sa mort me libérât. Il a enfin reçu son châtiment. Blanche-Neige l'épousa et Rouge-Rose se maria avec son frère. Il se partagèrent les immenses trésors que le nain avait rassemblés dans sa caverne. La vieille mère vécut encore de nombreuses années, tranquille et heureuse auprès de ses enfants. Elle emporta avec elle les deux rosiers, et les replanta devant sa fenêtre où, chaque année, ils donnèrent les plus belles roses, blanches et rouges.


Articles liés

(Source Wikipédia) (Source : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/grimm-freres-blancheneige-et-roserouge.html) (Source : http://malledecontes.forumactif.org/t115-blanche-neige-et-rouge-rose-version-des-freres-grimm#150)

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Outils